Un Jour dans le Train

 

C’était un vendredi je m’en souviens encore. Un vendredi soir.

Il était tard et je sortais de mes cours.

Pas grand monde sur le Quai mais je m’éloigne tout de même dans un coin ou il y a encore moins de monde.

Je remarque une bande de jeunes aux loin, ils regardent dans ma direction ou se trouve deux garçons, un blanc et un noir. A coté de la plaque que je suis, je me dit qu’il s’agit surement d’une Colonie de vacance…(oui j’ai osé, je  suis exaspérante je sais,Je ne sais même pas d’où çà m’est venu!)

Le train arrive, je monte dans le Wagon et me réjouit du fait qu’il n’y ai personne à l’intérieur. Je vais pouvoir me plonger dans ma musique. En m’installant, je souris à la penser de ce « fabuleux » voyage qui m’attend.

A peine installer, une Bande de garçons dévalent les escaliers du train.  Je mis du temps à me rendre compte qu’il s’agissait de ceux que j’avais vu à l’autre bout du Quai, « ils sont arrivés vite » me dis-je.

A leurs rire, Je sens que ça va être chaud et à ce moment là…je réalise que je suis la seule femme du Wagon et que mon voyage ne sera pas si « fabuleux » que çà finalement, n’empêche je suis déçu…je ne vais pas pouvoir savourer ma musique (oui j’ose encore).

Les paroles de mon père retentissent dans mon esprit. Combien de fois m’avait il prévenu?

Ne jamais me retrouver seule dans un Wagon.

J’aime être seule certes, mais là mon amour pour la solitude risquait de me le faire payer.

Que faire?

Option 1 : Monter à l’étage. Mais, je ne suis pas sûr qu’il y ai du monde. De plus Ils comprendront que je fuis et viendront me chercher par la peau des fesses, là c’est le cas de le dire !

Option 2 : Rester à ma place et faire mine de rien.

J’opte pour l’option 2 décidant de rester assise et de mettre mon casque dans mes oreilles.

Trop stressé à l’idée de ce qu’ils manigancent j’en oublie d’activer ma musique. C’est pourquoi quelques minutes plutard j’entend « PLAF !!!! »

Un des jeunes qui devait avoir à peine 14 ans,(on va l’appeler Jérémie) venait de frapper le crâne d’un gars en face de lui. C’était l’un des deux garçons pas loin de moi sur le quai tout à l’heure. Nous l’appellerons Benoit

Le Benoit se retourne pas content (qui le serait à sa place ?) et se lève. Au même moment toute la bande se lève et lui dit « tu vas faire quoi? c’est un petit »

« Bah d’accord , c’est quoi cette vieille excuse, « le petit » vient de lui mettre une chiquette et ils veulent le frapper parce qu’il n’a pas aimer la sensation ? »me dis -je

Le copain du Gars, le noir se lève et leurs dit d’arrêter parce qu’ils sont prêt à le tabasser eux tous contre lui seul, ça ne le fait pas.

Jérémie sort à Benoit : « le jour ou t’es dans la rue tout seul je te baise ta mère, je prend ton téléphone, ton argent je te prends tout »

Moi derrière je n’ai pas peur. Juste, je regrette de m’être habiller de la sorte. J’aime jouer avec les styles mais là , ma tenue ne jouait pas en ma faveur. J’étais en mode Bon chique, Bon genre. Quel idée !pourquoi je ne me suis pas habillé en mode street !

Quelques minutes s’écoule puis Jérémie disparaît…nous pensons tous qu’il va faire un tour dans le Wagon… puis d’un seul coup…Il SURGIT DE DERRIÈRE MOI et se ru sur le siège en face pour frapper Benoit qui avait changer de place !

Je grimace mais ne dit rien…Punaise que faire?Que faire?

J’ai tellement envie de les aider mais je vais faire quoi?

***********************

Je sors du Train tremblante.

Quel fabuleux voyage ! J’en tremble d’émotion !

Heureusement que ce jour là on venait me récupérer.

Pas une parole n’est sorti de ma bouche dans la soirée.

Oui, j’avais eu peur,

Mais seulement ,Je ne comprenais pas…

Dans la bande il y avait un grand au moins âgé de 20 ans et il laissait faire Jérémie ? C’est ça donner l’exemple?

On va me dire « oui mais c’est le milieu ».

Je connais très bien ce milieu et ils n’agissent pas tous comme ça.

Les gars avec qui j’ai grandis au contraire, leurs auraient dit de se calmer.

Et c’est là que je me suis rendu compte qu’il y a plusieurs catégories de personnes.

Comme partout d’ailleurs, Il y a des Gentils et des Méchants.

D’habitude je ne vois que les bons, et ben là j’ai vu à l’acte les méchants.

Je sais que ce n’est rien, mais j’étais dégoutée tellement dégoûté…j’avais envie de pleurer.

Quand ils sont sortis du Train je n’ai même pas eu le courage d’ouvrir la bouche pour savoir comment allait le gars.

Il était mal, tellement mal de s’être fait humiliée de la sorte et en plus devant une nana, comment pourrais-je lui dire « Ça va? » Il avait honte. Et j’ai vu dans son regard qu’il n’espérait qu’une chose : c’est que je sois réellement en train d’écouter de la musique en pensant que c’était de bons vieux potos qui se chamaillaient !

Je ne sais pas pourquoi j’écris cette petite anecdote, bien sûr j’ai évité les détails et n’ai pas raconté le récit en entier , je pense que ce qui est là déjà suffit amplement car je n’ai pas envie de heurter les sensibilités.

Ce qui m’a réellement fait mal c’est quand je pensais à leurs parents. Mais en réalité, ais-je des raisons d’avoir de la peine pour leurs parents ? Leur Gamin de 12 ans est dehors à 21H du soir !Avec des idiots en plus !il faut le surveiller !Et puis surtout,

La Haine.

Ils avaient tant que çà la haine pour…

Bon …j’écris pour rien là, je connais déjà la réponse. Ce n’est pas une question de haine mais plutôt de pression du groupe. Voilà le Problème !

Quand j’ai raconté ça à mon frère il m’a fait bien rire. « une chikette,d’accord… Deux, c’est moyen MAIS ALORS TROIS! LÀ ÇA VA PLUS!!je fonce dans le tas et j’en ai rien à faire qu’il soit 10 ou 40 ! »

Je peux le comprendre, c’est là que j’ai réalisé que pour un Homme, l’honneur est important.

Je le savais mais n’avais pas pris vraiment conscience de çà.

Je me rappel le regard fuyant de Benoit, le pauvre.

Personne n’a été bléssé ce jour là c’est le principal !

Faites attention à vous les amis !

Big Kiss

 

N’hésitez pas partager cette article

Publicités

Les 10 choses qui t’énervent #Onenrigole

1-Le Matin, tu es en retard,tu te prépare vite fait bien fait et au moment de manger tu te tartine une bonne tranche de pain de mie qui trouve le moyen de tomber parterre sur le coté tartiner(avec amour qui plus est).

2-Dans ton lit ,le réveil sonne il est 7h00 tu fermes les yeux quelques minutes(penses-tu)tu te réveil,il est 7h45 .Au Boulot ou en Cours il est 13h00 tu fermes les yeux quelques minute(penses-tu)tu te réveil,il est 13h01.

3-Lorsque tu te rend compte qu’il manque du papier toilette,tu décides d’aller à la supérette du coin,tu t’y rend vêtu de ton pyjama tes vêtements de maison,pas coiffé non plus, »pas de risque de rencontrer des gens à cette heure »te rassures-tu,résultat:tu rencontres toute la terre entière sur ton chemin.

4-Tu es en retard,tu vois le bus au loin, »pas la peine de courir je suis trop loin » te dis-tu,tu continues de marcher vers l’arrêt du bus et il est toujours là.Plus que quelques mètres vous sépare,au moment ou tu te décides enfin de courir,il démarre.

5-Lorsqu’il te faut absolument ce truc que tu as mis je ne sais ou dans ta chambre,que tu en a besoin car toute ta vie en dépend sur le moment et que tu le retrouve un jour en allant dans un des tiroirs pour prendre un stylo.

6-Quand cette abrutie de cuillère  trouve le moyen de tomber dans la soupe.

7-Tu as un rendez-vous,malgré tout ce que t’as pu faire pour être à l’heure non seulement tu es en retard mais en plus tu te tapes tout les feux rouges sans oublier le camion de poubelle évidemment!

8-Lorsque tu es à table avec du monde,tu as soif tu décides donc de te servir un bon verre d’eau histoire d’étancher ta soif le plus rapidement possible,Résultat:Tu te retrouve à servir toute la table.

9-Quand tu machouille vigoureusement ton chewing-gum et que tu te mord la langue.

10-Quand tu rentres de ta grosse journée de travail (ou de cours) et qu’en te regardant dans le miroir histoire de contempler les ravages de la journée tu te rend compte qu’effectivement une grosse (pour ne pas dire énorme )crotte,pendouille à ton nez. »Depuis combien de temps est-elle là?j’espère qu’elle n’y était pas quand j’ai parler à Hugo! »c’est à dire 10 min de çà.

J’ai eu l’idée de le faire lorsque le premier cas met arriver très récemment,finalement quand on y repense quelques jours plus tard on est plus mord de rire qu’énerver!

Gros Bisoux les amis!